Sédévacantisme


Vidéo sédévacantiste exposant en une heure tous les griefs de ces hérétiques contre Sa Sainteté le Pape Benoît XVI.

Le sédévacantisme est une secte qui est sortie de l'Église catholique, en considérant que depuis le Concile Vatican II il n'y a plus de pape à Rome ("sédévacantisme" signifie que le Siège de Pierre serait vacant). Les sédévacantistes considèrent Pie XII comme le dernier Souverain Pontife. Ceux qui lui ont succédé seraient des imposteurs, des usurpateurs et des hérétiques.

Le mouvement sédévacantiste est né avec la publication en août 1971 du livre La Nouvelle Église Montinienne par le jésuite mexicain Joaquin Saenz Arriaga, selon lequel Paul VI aurait fondé une nouvelle religion qui n'est plus le catholicisme. Dans Sede Vacante publié en 1973, Saenz Arriaga justifie sa position en s'appuyant sur la bulle Cum ex Apostolatus du Pape Paul IV, qui énonce en 1559 :

« S'il apparaissait (...) qu'un Souverain Pontife lui-même, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi Catholique est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l'assentiment unanime de tous les Cardinaux, est nulle, sans valeur, non avenue. »

Il faut distinguer les sédévacantistes des sédéprivatistes, qui pensent que les successeurs de Pie XII sont papes matériellement, mais non formellement. Ces derniers (qu'on appelle aussi guérardiens ou cassiciacumistes) adhèrent à la Thèse de Cassiciacum, élaborée par le dominicain Guérard des Lauriers pour expliquer ce qu'ils considèrent comme vacance du siège apostolique.

Voir également le site web La-foi.fr qui se revendique du sédévacantisme, pour se faire une idée directement en lisant les textes actuels des sédévacantistes.

Attention les sédévacantistes ne sont pas à mélanger avec les catholiques intègres de la FSSPX (en communion partielle avec Rome), de la FSSP et de l'IBP (sociétés de vie apostolique de droit pontifical).

Il est important d'ajouter que le concile Vatican II n’est pas infaillible puisque comme le dit Paul VI dans son discours de clôture: "Le magistère de l’Eglise, bien qu’il n’ait pas voulu se prononcer sous forme de sentences dogmatiques extraordinaires, a étendu son enseignement etc..."

Une sentence dogmatique extraordinaire, c’est Pie XII en 1950 déclarant l'Assomption de la Vierge comme dogme infaillible de l'Église. Or le concile Vatican II n'ayant énoncé aucun dogme de ce genre, on ne peut donc pas s'appuyer sur certains textes concilaires pour déduire que l'Église catholique est en état de faillite morale.

"Le concile a ouvert des pistes" selon l'expression très heureuse de l'abbé Guillaume de Tanoüarn, du centre Saint Paul. Nous voyons clairement aujourd'hui que certaines pistes explorées dans les années 60-70 se sont révélées sans issue. Il est donc possible à l'Église d'aujourd'hui d'en tirer certaines conséquences sans se dédire.

Auteur: Un chrétien
La reproduction de ce texte sur vos blogs est autorisée en citant la référence:
<a href="http://chretien.mywebcommunity.org/sedevacantisme.html">Le sédévacantisme</a>

N'hésitez pas à me contacter par email ou sur le tchat et me suivre sur Twitter.

 Problème de droit d'auteur ? Contactez-moi pour faire retirer toute donnée soumise à droit d'auteur.
Faire un lien ? <a href="http://chretien.mywebcommunity.org/">site web chrétien</a>
Tous droits réservés © 2016 Chrétien [chretien.mywebcommunity.org] pour les textes originaux